baja reserva ovárica

Faible réserve ovarienne et utilisation de la PRP

Faible réserve ovarienne :

 

La réserve ovarienne d’une femme est constituée de follicules ovariens primordiaux appelés follicules ovariens dormants, qui se trouvent dans l’ovaire depuis la période intra-utérine (fœtale) de la femme. Chaque mois, chaque ovaire active environ 1000 follicules primordiaux, dans un processus qui dure plusieurs mois, pour devenir une structure plus complète, les follicules antraux. Un seul d’entre eux se développe, grandit et conduit à l’ovulation, les autres follicules sont atrésiés (perdus).

 

Les follicules antraux sont visibles à l’échographie au début du cycle (phase folliculaire) et sont sensibles à la stimulation hormonale, soit naturellement (par le corps de la femme), soit par le biais de médicaments utilisés pour la stimulation ovarienne dans le cadre d’un traitement de FIV. Le nombre de follicules antraux mesuré par échographie en phase folliculaire, ainsi que le taux d’hormone anti-mullérienne dans le sang, sont des facteurs prédictifs de la réponse ovarienne lorsque la patiente subit un cycle de stimulation ovarienne (FIV).

 

Une faible réserve ovarienne signifie une probabilité plus faible de concevoir spontanément, ainsi qu’une diminution du nombre d’ovules obtenus dans le cadre d’un traitement de procréation assistée, généralement après une FIV.

faible réserve ovarienne

Plasma riche en plaquettes, l’histoire :

 

L’utilisation du plasma riche en plaquettes pour le rajeunissement cellulaire existe depuis un peu plus de 15 ans. Depuis lors, il existe de nombreuses applications possibles, dans de nombreuses parties du corps, toujours dans un but régénérateur et curatif.

 

La concentration des facteurs de croissance dans le sang varie dans le temps. Plus on vieillit, plus la concentration de molécules inflammatoires dans le sang est élevée et plus la quantité de facteurs de croissance qui favorisent le vieillissement cellulaire est faible.

 

La tactique thérapeutique du PRP repose sur la modulation et l’accélération des processus de cicatrisation grâce aux facteurs de croissance présents dans les plaquettes, initiateurs universels de presque tous les processus de régénération. Le PRP est composé de sérum, de leucocytes, de plaquettes et de facteurs de croissance. Bien que l’union de tous ces éléments favorise l’action du PRP, les éléments fondamentaux sont les facteurs de croissance qui exercent la fonction régénératrice partout où ils sont administrés.

 

Plasma riche en plaquettes (PRP) ovarien :

 

Certaines recherches suggèrent que l’administration intra-ovarienne de plasma riche en plaquettes (PRP) peut activer certains follicules “dormants” déjà destinés à disparaître, d’où ce que l’on appelle le “rajeunissement ovarien”, ce qui pourrait permettre d’augmenter le nombre d’ovocytes obtenus après une ponction ovarienne. Les preuves de l’amélioration du nombre de follicules antraux, ainsi que de l’amélioration possible de la qualité des ovocytes sont limitées et encore rares, mais il est vrai que de plus en plus de séries sont publiées avec des données qui offrent des résultats très encourageants et prometteurs sur ce type de traitement. Des grossesses spontanées ont été rapportées, ainsi que des grossesses obtenues après FIV chez des patientes ayant déjà eu des cycles négatifs et des scénarios de reproduction défavorables.

 

L’administration de PRP ovarien a été initialement proposée uniquement aux femmes souffrant d’une insuffisance ovarienne due à une ménopause précoce. Aujourd’hui, grâce à de nouvelles données, son utilisation s’est répandue chez les plus de 40 ans. D’autres études sont nécessaires pour nous informer sur la tranche d’âge optimale dans laquelle un effet plus important est attendu après ce traitement.

faible réserve ovarienne

Protocole de rajeunissement ovarien :

 

Le traitement de “rajeunissement ovarien” peut inclure l’administration de plasma riche en plaquettes seul, à l’aide de microponctions (mécanisme similaire à celui utilisé dans la FIV conventionnelle) ; ou un prétraitement visant à mobiliser les cellules souches de la moelle osseuse, puis à utiliser cet échantillon de sang pour la préparation administrée par voie intra-ovarienne (PRP).

 

Le choix du meilleur protocole, PRP isolé ou PRP après mobilisation des cellules souches de la moelle osseuse (méthode ASCOT), dépend des caractéristiques du patient et doit être individualisé dans chaque cas. Il existe différentes formules pour réaliser la procédure, ainsi que différentes interprétations de la procédure. Chaque centre utilise et applique ses propres règles.

 

Le prétraitement consiste en l’administration préalable d’un médicament appelé Filgastrim, commercialisé sous différents noms (Nivestim, Neupogen). Le filgastrim est un médicament appelé facteur de stimulation des colonies de granulocytes ; son action consiste à stimuler la moelle osseuse pour qu’elle produise davantage de globules blancs, en particulier des neutrophiles, et à augmenter la concentration de facteurs de croissance dans le sang.

 

Selon les dernières études, le prétraitement (mobilisation des cellules souches de la moelle osseuse) et le PRP ovarien subséquent (micropunctures ovariennes) pourraient être en mesure d’améliorer la réserve ovarienne, et peut-être d’apporter une amélioration de la qualité des ovocytes. Elle augmenterait la probabilité d’obtenir un embryon de meilleure qualité, et augmenterait les chances de grossesse chez les patientes dont le pronostic est défavorable.

 

Une fois le prétraitement terminé, le patient subit une prise de sang qui est soumise à un processus de laboratoire afin d’obtenir un échantillon optimal qui sera administré par ponction directe ou par laparoscopie.

 

Cette procédure est basée sur une combinaison de ces deux techniques dont les effets positifs sur l’ovaire ont été démontrés. Il est important de souligner que le sang est prélevé sur la patiente elle-même (préalablement fortifié) et qu’après traitement et préparation, il est à nouveau administré à la patiente elle-même, ce qui permet d’éviter tout problème de compatibilité et tout risque infectieux.

 

Quand procéder à une FIV après une PRP ovarienne ?

 

Les informations sur ce sujet sont limitées, mais des études suggèrent qu’après une PRP ovarienne, les effets du traitement peuvent être observés dans les mois qui suivent (1 à 3 mois, et jusqu’à 6 mois), bien que des études supplémentaires soient nécessaires pour déterminer le moment optimal.

 

Risques liés à l’application intra-ovarienne du PRP :

 

Les risques potentiels sont très faibles, et en tout état de cause très similaires à celles de la ponction ovarienne traditionnelle de toute procédure de FIV : risques spécifiques à l’anesthésie, infection péritonéale, hémorragie due à la ponction accidentelle de vaisseaux sanguins ou de l’ovaire lui-même, ponction de boucles intestinales ou d’autres structures ou torsion de l’ovaire.

 

Comme indiqué précédemment, il s’agit d’un nouveau traitement, qui peut être classé comme expérimental, et nous avons besoin de plus d’études pour déterminer clairement son utilité, ses principales indications et ses limites.

 

 

 

 

 

×